background img

Comprendre la difference entre poulpe, pieuvre et calamar

poulpes et les pieuvres

Les calmars, les poulpes et les pieuvres sont des animaux appartenant à la même espèce, les céphalopodes. En réalité, les céphalopodes sont des animaux marins avec un mode de vie accentué dans les environnements aquatiques. Ces êtres vivants ont des points communs comme les bras du corps qui facilitent le déplacement dans les eaux. Quelle est la différence entre les calmars, les poulpes et les pieuvres ? Les éléments de réponse suivants vous en disent plus sur ces êtres vivants.

Le poulpe et la pieuvre

Il faut d’emblée souligner qu’il n’y a aucune différence entre le poulpe et la pieuvre. Contrairement à la croyance populaire, la pieuvre n’est pas la femelle du poulpe. En effet, ces deux mollusques constituent la même espèce et font donc référence au même animal. Vous pouvez alors utiliser le poulpe ou la pieuvre pour désigner cet animal des céphalopodes qui possède huit bras sur le corps.

A lire également : Top des odeurs répulsives pour chats : ce qu'ils ne supportent pas !

C’est justement la raison pour laquelle la pieuvre est qualifiée d’octopus dans certaines appellations. Chaque bras du poulpe ou de la pieuvre possède des séries de ventouses qui l’aident à se déplacer aisément sous les eaux. Vous trouverez généralement cet animal dans les eaux littorales au cours d’une séance de pêche.

Il convient de préciser que le poulpe ou la pieuvre est un animal invertébré qui a un sang de couleur bleue. De plus, sachez que lorsque cette espèce se sent en danger, elle déploie un épais nuage d’encre de couleur noire. Cette encre, encore appelée sépia, est souvent utilisée dans le domaine de la photographie et en cuisine.

A découvrir également : Comment choisir un magasin spécialisé dans la vente de fourmis ?

Le calmar

poulpes et les pieuvres

Il n’y a pas de différence entre le poulpe et la pieuvre, mais il y a une différence entre le poulpe/la pieuvre et le calamar. En effet, les calmars sont des animaux marins qui possèdent une coquille rigide plus ou moins transparente sur le corps. Les calmars sont des mollusques céphalopodes qui possèdent dix bras (8 sur le corps et 2 tentacules).

Notez que ces tentacules du corps sont munis de ventouses sur une partie des bras. Vous devez savoir qu’il existe plusieurs espèces de calmars sous les eaux comme l’encornet. Le calamar a la capacité de se camoufler sous l’eau en changeant rapidement de couleur quand il se sent en danger.

De plus, le calamar est souvent confondu avec la seiche, qui fait partie de la famille des mollusques céphalopodes aussi. En effet, à l’instar des calmars, la seiche possède aussi une coquille dorsale. D’ailleurs, vous pourrez retrouver les os de seiche généralement au cours d’une balade sur la plage.

Différence entre ces animaux

La première différence entre le poulpe (ou la pieuvre) et le calamar est relative à la localisation. En réalité, le premier animal évolue dans la mer alors que le second construit sa vie dans les fonds marins. Ensuite, sachez que la pieuvre (ou le poulpe) ne possède pas d’os, mais plutôt de huit bras.

Les calmars, quant à eux, ont dix bras (y compris deux tentacules) et possèdent une coquille dorsale. L’autre dichotomie entre ces animaux peut s’analyser à leur comportement en général, surtout en cas d’attaque. Le calamar peut se métamorphoser sous l’eau tandis que la pieuvre (ou le poulpe) déploie en cas d’attaque son nuage d’encre.

Les caractéristiques physiques distinctes de chacun

Au-delà des différences de comportement et de localisation, il y a plusieurs caractéristiques physiques qui séparent le calamar, la pieuvre (ou le poulpe). Tout d’abord, leurs yeux. Les deux premiers animaux possèdent des yeux ronds tandis que ceux du poulpe sont plus en amande. Leur anatomie est différente. Le calamar possède un corps allongé et fuselé avec une nageoire caudale tandis que la pieuvre (ou le poulpe) dispose plutôt d’un corps renflé avec une tête bien visible et huit bras tentaculaires. Au niveau de leur taille aussi, ces trois espèces présentent des écarts notables. La pieuvre géante du Pacifique peut atteindre jusqu’à six mètres et peser jusqu’à 600 kilos alors qu’un calmar mesurera rarement plus de deux mètres pour un poids moyen d’une centaine de kilos. Concernant leur régime alimentaire, on note quelques nuances : alors que la pieuvre est carnivore à 100%, le calamar se nourrit surtout de petits poissons et de plancton, mais peut aussi s’attaquer aux calmars plus petits ou même aux crustacés. En définitive, si ces animaux marins peuvent sembler similaires au premier abord, voire interchangeables pour les novices, ils ont en réalité chacun leurs propres caractéristiques distinctives, autant sur le plan physique qu’en termes de comportements spécifiques selon l’environnement dans lequel ils évoluent.

Les utilisations culinaires et culturelles de ces animaux marins

Au-delà de leurs différences physiques et comportementales, les poulpes, pieuvres et calmars ont des utilisations culinaires diversifiées à travers le monde. Leur chair tendre et savoureuse est très appréciée en cuisine gastronomique dans plusieurs pays tels que la France, l’Italie ou encore le Japon. En Espagne, on trouve souvent sur les cartes de tapas une sélection de plats dédiés aux tentaculaires : « pulpo a feira », une préparation traditionnelle galicienne qui consiste à faire cuire le poulpe entier avant de le saupoudrer généreusement d’huile d’olive et de paprika.

En Italie, la pieuvre est un ingrédient clé du célèbre plat « alla luciana », un ragoût épicé accompagné de polenta. Au Japon, par contre, c’est avec finesse qu’on cuisine ces animaux marins : sashimi ou tempura sont particulièrement appréciés là-bas.

Au-delà de leur usage culinaire reconnu depuis des siècles dans certaines cultures (en Méditerranée notamment), la pieuvre occupe aussi une place importante dans les traditions culturelles au Japon où cet animal marin naturellement curieux est associé à plusieurs légendes urbaines comme celle du Takotsubo (un piège pour attraper les céphalopodes) ainsi que dans l’art japonais classique tel que l’estampe Ukiyo-e.

Paradoxalement, cette réputation gastronomique peut mener à des conséquences écologiques néfastes si elle n’est pas encadrée par une réglementation stricte, car leur exploitation excessive en Asie notamment entraîne une menace sur leur population et même une pêche illégale de certains spécimens au niveau mondial.

Si les poulpes, pieuvres et calmars ont des différences notables en termes physiques et comportementaux ainsi que dans leurs usages culinaires selon les cultures qui les consomment, il faut se rappeler que ces animaux marins sont avant tout précieux pour l’équilibre écologique des océans. Leur exploitation doit donc être raisonnée pour ne pas menacer leur survie à long terme.

Catégories de l'article :
Animaux