Les besoins de ma tortue


Son habitat naturel

Nos tortues terrestres sont divisées en deux espèces principales : la tortue d'hermann et la tortue graeca, plus connue sous le patronyme de tortue grecque ou encore tortue mauresque.

Il faut savoir que les tortues se font de plus en plus rares dans la nature ; le commerce illégal a décimé une grande partie de leur population. C'est surtout d'actualité pour la tortue graeca, qui se trouve à présent sur la liste des espèces en voie de disparition. Alors avant tout... Assurez vous d'avoir obtenu votre tortue légalement !

La tortue d'hermann vit surtout en Provence et en Corse. Elle fréquente les milieux modérément boisés, car elle préfère les zones ouvertes et bien exposées pour la ponte. On remarque que ses zones d'habitation se composent de beaucoup de végétations différentes : pin, chêne liège, olivier...

La tortue graeca quant à elle est présente -bien que de moins en moins- sur différentes continents, et se divise en une multitude de sous espèces. Celle que nous connaissons vient la plupart du temps d'Afrique du Nord et est le tortue graeca terrestris. Elle vit dans des milieux arides, et se contente parfois de quelques végétaux de base pour s'alimenter : chardons, luzernes, jeunes pousses...


Pourquoi et quand faire sortir ma tortue ?

Il a été démontré dans plusieurs études qu'il était bénéfique pour la tortue d'adopter un mode de vie "naturel"... En somme, il est préférable de laisser faire la nature ! On comprend donc sans peine pourquoi la tortue ne doit pas passer sa vie en terrarium : outre la morosité que peut ressentir votre copine à écailles, elle peut contracter des maladies, et voir son espérance de vie réduite.

Vous l'aurez donc compris, une tortue peut (et doit, dans l'idéal) sortir dès sa première année ! Sauf bien entendu si elle a été habituée au terrarium, auquel cas il faudra faire bien attention au changement de température. En cas de doute, n'hésitez pas à contacter votre vétérinaire. Pour trouver un vétérinaire NAC à même de s'occuper de votre tortue, référez vous à l'annuaire du site de l'ordre des vétérinaires.


Les prédateurs

Evidemment, la tortue a bon nombre de prédateurs naturel, c'est d'ailleurs une source d'angoisse bien connue de tous les propriétaires ; et c'est vraisemblablement la raison qui vous a amené sur notre site. Les tortues juvéniles notamment sont très vulnérables : oiseaux, rongeurs, chiens et chats... C'est pourquoi tous nos enclos sont munis de panneaux toits grillagés. Si vous craignez la présence de rongeurs, en particulier les rats, nous conseillons l'ajout d'un sol grillagé.


Et pour l'hibernation ?

On part du même principe pour l'hibernation. Comme dans la nature, la tortue est capable d'hiberner dès son plus jeune âge. Cela nécessite toutefois quelques précautions. Il faut tout d'abord savoir qu'une tortue hiberne généralement en dessous de 10°. Lorsque les températures commencent à baisser, il faut donc vous assurer que votre tortue est en bonne santé ; vermifuge à jour, poids convenable... Encore une fois, vous pouvez vous référer à votre vétérinaire, surtout si c'est votre "première fois". Ensuite, assurez vous que son habitat lui offre les conditions nécessaires à son hibernation. L'enclos ne doit présenter aucune faille, et être muni d'un abri approprié, tapissé de feuilles afin que la tortue aille s'y enfouir d'instinct. Si vous habitez une région très froide, prévoyez de fermer cet abri ; si vous commandez l'un de nos abris spéciaux hibernation, vous pouvez nous demander une porte. Prévoyez également un thermomètre à l'intérieur de cet abri, afin d'en surveiller la température ; si elle descend en dessous de 0°, mieux vaut déplacer l'abri dans une cave ou un garage, en prenant garde à ce que la température n'excède  pas 5 à 7°.

Lorsque les températures remontent, votre tortue sortira elle même de l'hibernation. Le réveil a généralement lieu à la fin de l'hiver, c'est à dire vers mars. Vous pouvez alors la baigner dans de l'eau tiède pendant une vingtaine de minutes pour la réhydrater. Il est conseillé de la peser de nouveau ; une perte de poids d'environ 10% est normale, au delà, mieux vaut consulter le vétérinaire. Pensez également à surveiller la reprise de l'alimentation. Si tout se passe bien... C'est reparti pour un tour !


Comment choisir son enclos ?

On considère qu''il faut un minimum de 3m² d'espace vital par tortue adulte (environ 20cm de diamètre) pour lui assurer un habitat confortable. Les juvéniles, beaucoup plus petites, auront forcément besoin de moins d'espace : 1m² par tortue peut être suffisant. Sachant qu'elles mettent généralement 6 ans à atteindre leur taille adulte, le côté évolutif de nos enclos prend tout son sens : admettons que vous accueillez deux tortues juvéniles. Vous pouvez pour commencer leur commander un enclos de 2m², pourquoi pas en combiné : vous économisez ainsi sur l'achat de l'abri et êtes fin prêt pour l'hibernation. Une ou deux années plus tard, vous pouvez nous contacter pour ajouter un module de 2m². Lorsqu'elles ont atteint leur taille adulte, vous ajoutez un dernier module de 2m², pour avoir au final un enclos de 6m², avec abri d'hibernation. Vous avez ainsi la possibilité d'étaler le paiement sur autant de temps que vous le souhaitez, tout en assurant le confort de vos animaux. 


Comment aménager son enclos ? 

Nous avons déjà évoqué la nécessité d'un abri pour l'hibernation. Vous devrez également munir votre enclos d'un point d'eau afin que la tortue puisse s'hydrater, et de ce que l'on appelle une "aire d'alimentation". Comme nous l'avons vu, la tortue se nourrit de différents végétaux. Il est donc judicieux de planter quelques espèces variées dans l'enclos : pissenlit, trèfle, luzerne... Vous pouvez lui aménager son propre petit potager ! Il faudra pour finir l'équiper de quelques cachettes stratégiques, et vous assurer que le terrain présente des reliefs, sans quoi il faudra en créer en disposant par exemple de gros cailloux : la tortue doit pouvoir se redresser au cas où elle se retourne.